Depuis une huitaine d’années, quelques apiculteurs de Matour avec notamment Bernard Alloin, ont mis en place au premier étage de la Maison des Patrimoines une ruche vitrée en vue d’animations vers le public et plus spécialement vers les écoles.
Une conférence sur la biologie de l’abeille et les risques liés à notre environnement actuel animée par Pierre Duclos, docteur vétérinaire au groupement de défense sanitaire pour la santé des abeilles et apiculteur, a connu une très belle affluence venue de Matour et des environs.
Devant l’abondance des questions qui revenaient, en relation avec la mise en place de la ruche vitrée et la conférence, décision a été prise d’y répondre au travers d’une rencontre le troisième dimanche matin de chaque mois d’activité en apiculture, de mars à septembre, à la Maison des Patrimoines.
Par un effet «boule de neige» et sans publicité aucune, autre que le «bouche à oreille», cette rencontre du dimanche a été de plus en plus suivie par des apiculteurs débutants avides de connaissances.
C’est ainsi qu’une vingtaine d’apiculteurs (de 15 à 24) viennent, sous la houlette de Bernard Alloin et Pierre Duclos, partager leurs expériences heureuses et parfois plus malheureuses et apprendre les règles de base des bonnes pratiques apicoles tout en découvrant les aspects réglementaires de cette activité.
En plus de cette «formation» théorique et devant la demande des participants qui souhaitaient pouvoir manipuler et mettre les mains dans les ruches, il fut décidé de mettre en place un rucher pédagogique dans le cadre d’une action conduite par la municipalité de Matour avec l’aide du Conseil Régional, prévoyant la création d’un verger conservatoire d’espèces anciennes d’arbres fruitiers et donnant droit à l’installation de 2 colonies d’abeilles.
C’est ainsi qu’est né le rucher pédagogique situé dans le parc de la Maison des Patrimoines.
Actuellement, deux personnes privées, ayant mis également en place un verger conservatoire, ont souhaité mettre leurs colonies à disposition du rucher pédagogique. Une ruche supplémentaire achetée par la municipalité est venue compléter cet ensemble maintenant fonctionnel de 5 ruches de types variés afin que les apiculteurs puissent visualiser les différents modes de gestion des ruchers.

Au moment ou nous prenons pleine conscience de l’importance des abeilles dans notre vie, alors que les colonies sont menacées par les pesticides, les maladies et le frelon asiatique, Matour confirme et conforte son rôle de formateur et de défenseur des ruches.
Pour tout renseignement, contactez Pierre DUCLOS, Bernard ALLOIN ou la Maison des Patrimoines.

Collecte des déchets :

Jour de ramassage des ordures ménagères et des emballages à Matour : le jeudi
Téléchargez le calendrier
Consignes de tri

Ouverture des déchetteries :

Pour vos déchets alimentaires, créer un compost végétal dans votre jardin permet de réduire le volume des ordures ménagères tout en produisant un engrais écologique pour vos plantes.

Plus de 30% de notre poubelle est en effet constituée de déchets biodégradables ce qui représente environ 65 kg par habitant et par an.

Si vous souhaitez composter chez vous, le Sirtom met à votre disposition pour 10€ un bac de compostage en bois, à retirer au Sirtom de la vallée de la Grosne, ZA du Pré-Saint-Germain à Cluny.
Vous pouvez également déposer votre compost en déchetterie.

Retrouvez toutes les informations sur le site du Sirtom de la Grosne

Pour répondre aux enjeux réglementaires de développement durable, notre commune s’est lancée avec le concours de la Communauté de Communes dans la réalisation d’un plan de désherbage et de gestion différenciée de ses espaces.

  • Ce plan de gestion a trois objectifs principaux :
    • Réduire fortement l’utilisation des produits phytosanitaires (désherbants, insecticides…) afin de se mettre en conformité avec la loi Labbé du 18 août 2015 « Interdiction d’utiliser tous produits au 1er janvier 2017 sur espaces verts et voiries » sauf cimetière et espaces sportifs;
    • Embellir le cadre de vie et favoriser la biodiversité;
    • Mieux gérer les dépenses d’entretien.

Un changement progressif de visuel… Des pratiques alternatives au désherbage chimique seront proposées par un bureau d’études et seront suivies par nos agents. Des pratiques alternatives.

Il existe quelques moyens simples pour limiter la pousse des herbes indésirables : paillage des massifs et pieds d’arbres, balayage des voiries, désherbage mécanique avec une herse qui permet sur des surfaces gravillonnées de détruire les jeunes pousses.

Mais quelles que soient les techniques alternatives, c’est avant tout notre regard sur
l’enherbement spontané qui devra évoluer. La qualité de l’eau est l’affaire de tous.

La commune, ses élus et surtout ses agents auront besoin de votre aide, de votre soutien. En effet, aucun d’entre nous n’est prêt à accepter un changement de ce type facilement. Pourtant, nos parlementaires en ont décidé, il nous faudra tous reconsidérer la place de l’herbe spontanée dans notre village. Chacun, en faisant preuve de tolérance, en acceptant le résultat des désherbants sans pesticides, en acceptant qu’un endroit non désherbé ne soit pas nécessairement synonyme de saleté et en évitant d’utiliser des pesticides, jouera un rôle précieux.

Nous prendrons le temps d’informer et d’expliquer au fil de l’avancement de cette démarche mais en attendant vous pouvez consulter et télécharger des guides :

Téléchargez le guide pour jardiner plus nature

Consultez le site : Jardiner autrement (site soutenu par le ministère de l’Écologie)

Consultez le site du : Ministère de la transition écologique et solidaire

Consultez le site Jardiner autrement (soutenu par le ministère de l’Écologie) en cliquant sur le bouton :

Consultez le site du Ministère de la transition écologique et solidaire :

Consultez le site du Sirtom de la Grosne