Juillet 2020

Maison médicale Matour

Comme vous pouvez le voir depuis la place, les travaux de la maison de santé avancent, certes avec plusieurs mois de retard. Durant le confinement les entreprises ont suspendu leur activité, puis elles ont repris progressivement en appliquant certaines précautions pour éviter toute prise de risque avec leurs employés.

À la reprise, l’approvisionnement pour certains matériaux s’est révélé compliqué, les fournisseurs n’ayant pas de stocks, certaines usines ayant cessé leur fabrication durant 2 mois.

Malgré cela, les travaux avancent, surtout durant ce mois de juin : consacrés aux enduits extérieurs, aux peintures, à la pose du carrelage, des faïences, des sols souples, aux plafonds et menuiseries intérieures. Mais aussi à tout un volet technique complexe : ventilation double flux, électricité, réseaux informatiques….Jusqu’à 20 ouvriers s’activent pour tenir les délais.

 

Maison médicale Matour

L’ouverture est toujours prévue pour le 03 août, avec une installation progressive des professionnels.
Le cabinet dentaire qui nécessite de gros travaux intérieurs a fait l’objet d’une pré-réception le 27 juin, désormais il engage une course contre la montre pour installer l’ensemble du mobilier et le matériel très complexe afin d’être prêt à vous accueillir le 03 août prochain.

Les travaux d’aménagement des abords relèvent de la rénovation du centre bourg, mener de front les 2 chantiers s’avère compliqué, en particulier pour les réseaux de l’un qui passent sous les travaux de l’autre. Néanmoins, la place à déjà changé d’allure, elle se prolongera jusqu’à la maison médicale.

L’ancienne cure rénovée, proportionnée à l’église, conserve son cachet et reste très visible dans cet ensemble. La suppression du mur de la cure ouvre une perspective sur le paysage au sud et apporte de la verdure dans un environnement minéral.
Cette nouvelle disposition intègre la maison médicale comme un point de repère au cœur du village.

 

 

Une inauguration sera programmée, après l’ouverture, le temps de terminer l’ensemble des travaux et les abords qui donnent sa cohérence au projet.


Avril 2019

Le conseil municipal a décidé de lancer la rénovation et extension du bâtiment de la cure pour accueillir une maison de santé pluridisciplinaire.

Cette décision est rendue possible par :
La validation par l’Agence Régionale de Santé, ARS, du projet de santé élaboré pour notre territoire par l’équipe rassemblée autour  Joël Parisot et Céline Delubriat médecins généralistes, à savoir :
– Thierry Giraud et Josiane Perrin infirmiers libéraux
– Lucie O’Neill, Aloïs O’Neill et Evelyne Thuret masseurs-kinésithérapeutes
– Michaël Beyon, ostéopathe
– Elodie Dano et Bénédicte Perrier orthophonistes
– Catherine Bijl, psychologue
– Marie Chantier, pharmacienne

L’engagement ou l’éligibilité du projet auprès des différents financeurs Etat (DETR et DSIL) Département, Région et FEADER qui se traduit par un taux de subvention de l’ordre de 50 %, chiffre que le conseil municipal s’était fixé pour engager le projet.

Un financement de longue durée auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations

Le projet prévoit la rénovation complète du bâtiment sur 3 étages pour 909 000 € HT, soit 1 090 800 € TTC et la construction d’une extension sur 2 étages pour 495 700 € HT, soit 594 840 € TTC, desservis par une cage d’escalier et un ascenseur communs.

A ce stade, deux cabinets individuels sont disponibles (15 et 20 m2) et l’étage complet de l’extension qui pourrait accueillir un cabinet dentaire sur une centaine de m2.
Au stade de l’APD, le projet s’élève à 1 404 700 € HT de travaux (hors études, bureaux de contrôle et maîtrise d’oeuvre), soit 1 685 640 € TTC.

Le conseil municipal fixera, après concertation avec les professionnels de santé concernés, le montant des loyers qui devra être attractif tout en permettant de se rapprocher autant que possible de la couverture des emprunts. La commune a décidé de louer chaque cabinet séparément, et ainsi, d’assumer le risque des éventuels impayés et de la vacance des locaux pour favoriser l’adhésion des professionnels de santé et permettre d’élargir l’offre de service.